PROFESSIONS IMMOBILIÈRES N°133

CONSTATS ET DÉSILLUSIONS

L e colloque organisé le 9 février 2015 par Paris Capitale Economique a mis l’ accent sur les blocages pour construire des logements.

 

Dans ce domaine, quand on rencontre des « difficultés pour agir, on ne manque pas d’ idées » ! Thierry Lajoie, Président de l’ AFTRP soulignait que «…construire du logement, c’ est créer de l’ activité économique et de l’ attractivité». Alors pourquoi l’ offre de logements de notre région est-elle insuffisante ? Il faut regarder la réalité en face. Au ralentissement des décisions dû aux incertitudes de l’ environnement et à l’ inertie de nombreux élus locaux. Alain Taravella, Président d’ ALTAREA COGEDIM, soulignait que « les Maires doivent respecter la loi et ne pas y ajouter de contraintes supplémentaires dans le cadre de chartes imposées aux acteurs de terrain ! ». Faut-il pour autant baisser les bras ? J’ ai proposé à la Maire de Paris, la création d’ un bail « Multiloc » qui permettrait de mettre sur le marché des biens en location pour les classes moyennes. Ce n’ est pas en encadrant les loyers, ce n’ est pas non plus en taxant les résidences secondaires, en restreignant les possibilités de louer sur une courte durée que l’ on peut espérer une meilleure fluidité des marchés de l’ immobilier. Encore plus inacceptable, la longueur des délais d’ expulsion des locataires de mauvaise foi en raison du nombre des recours possibles et de la durée de la période hivernale. Les ressources allouées à l’ hébergement d’ urgence et aux sans-abris seraient mieux affectées à la production de logements adaptés à ces populations fragiles ! Les moyens ne manquent pas ! Plus de 40 milliards d’ euros ont été dépensés pour le logement des Français en 2014. Les mesures du plan Valls d’ octobre dernier ne se traduiront pas positivement avant deux ans. De même, la création de la Métropole du Grand Paris est une opportunité mais la future gouvernance est encore aujourd’ hui très floue pour en déterminer son efficacité. Il faut donc rendre de la liberté aux acteurs et aux citoyens pour surmonter les difficultés de notre Région en 2015.

Une nouvelle instance pour réguler les normes dans la construction

Un décret publié au Journal officiel ce 25 mars 2015 crée une nouvelle instance de dialogue représentative de l’ensemble des parties prenantes de la construction pour l’élaboration des normes techniques : le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique.

Fortement attendu par les professionnels du bâtiment, cet organisme est chargé depuis le 1er avril de donner un avis sur « la définition, la mise en Ïuvre et l’évaluation des politiques publiques relatives à la construction et sur l’adaptation des règles de construction aux objectifs de développement durable« .

350 millions d’euros pour la sécurité

C’est le budget qu’a consacré, depuis 10 ans, le Conseil régional d’Ile-de-France aux dépenses d’investissement pour la sécurisation des transports en commun de la région.

Une somme qui a permis d’équiper toutes les gares d’Ile-de-France de caméras de vidéosurveillance et de bornes d’appel d’urgence, ainsi que 100 % des tramways et des bus du réseau RATP et 70 % des bus du réseau Optile en dispositifs de vidéo-surveillance.

L’augmentation du nombre de caméras sur le réseau devrait se poursuivre. D’ici à 2017, 70 % des trains circulant sur le réseau d’Ile-de-France devraient être ainsi intégralement vidéo-surveillés.

Source : « Jean-Paul Huchon ne plaisante pas avec la sécurité », Mobilicités, 19/03/2015

Sécurité : vers le doublement du nombre d’agents de médiation dans les transports franciliens

Sécurité : vers le doublement du nombre d’agents de médiation dans les transports franciliens

Le président du Conseil régional, Jean-Paul Huchon, vient d’annoncer le doublement du nombre de médiateurs sur les portions de lignes sensibles en Ile-de-France. Aujourd’hui au nombre de 122, ils devraient être plus de 200 en 2016, après la signature en juillet de nouveaux contrats avec la SNCF et la RATP.

Cette annonce fait suite aux vols commis avec violence le 15 mars 2015 par un groupe de 20 à 25 individus dans les RER C et D.

« Paris redevient la troisième métropole la plus attractive du monde »

C’est ce qu’observe Le Figaro du 03/03/2015 : « Paris retrouve un peu de son lustre en matière d’attractivité. Entre la fin septembre 2013 et fin septembre 2014, la Ville Lumière s’est classée à la troisième place parmi les métropoles mondiales pour l’implantation d’investissements internationaux, derrière Londres et Shanghai. Un an plus tôt, la région parisienne n’était que septième. Et deux ans auparavant, dixième.« 
Le quotidien s’appuie sur les résultats du dernier baromètre annuel de Paris-Ile de France Capitale économique, en partenariat avec le cabinet de conseil KPMG, et que confirment une récente étude de l’agence Paris Région Entreprises.

Selon les calculs de KPMG, de fin 2013 à fin 2014, Paris et sa région ont attiré 170 implantations créatrices d’emploi et d’activités nouvelles (soit une augmentation de 43 % par rapport à l’année précédente). Loin derrière Londres (359) et Shanghai (267), mais suffisamment pour gagner 4 places dans le palmarès des métropoles mondiales, Paris étant par ailleurs la seule ville, avec Sao Paulo et Bangalore, à progresser.
Cette dynamique est confirmée par l’agence Paris Région Entreprises, qui recense 368 projets d’implantations de sociétés internationales en 2014 pour l’ensemble de l’Ile-de-France (en hausse de 32 % par rapport à 2013).

Périphérique de Paris

Marché locatif : « Un redémarrage sans dérapage »

C’est ainsi que l’économiste Michel Mouillart, résume les résultats du dernier tableau de bord semestriel de l’observatoire Clameur (à fin février 2015).

Sur l’ensemble de l’année 2014, les loyers de marché ont crû de 1 %, pour une progression des prix à la consommation estimée à 0,5 % d’après l’Insee.

Et depuis le début de l’année 2015, ils reculent en moyenne de 0,9 % en France métropolitaine par rapport à l’année dernière à la même époque. Les loyers baissent y compris dans 80 % des 20 principales villes françaises, dont Paris (-1,2 %).
Une preuve supplémentaire que « l’encadrement des loyers ne sert à rien« .