Le Commissariat général au développement durable (CGDD) a publié, en juillet, un rapport portant sur l’efficacité énergétique en France entre 2000 et 2016.

 

L’efficacité énergétique est le rapport entre l’énergie directement utilisée (dite énergie utile) et l’énergie consommée (en général supérieure du fait des pertes).

Entre 2000 et 2016, l’efficacité énergétique de l’économie française a progressé  de 1,4% en moyenne par an. En 2015, l’économie française a consommé 60,5 tonnes d’équivalent pétrole (tep) pour générer un million de dollars de PIB. En 2000, il fallait près de 80 tep pour le même niveau de production.

En ce qui concerne le résidentiel, l’amélioration de la performance énergétique du parc français a permis une baisse de la consommation au mètre carré de 1,4% par an. Cette baisse est liée aux meilleures performances thermiques des nouveaux logements ainsi qu’aux efforts de rénovation des logements existants. Ce taux est à nuancer car la population ne cesse d’augmenter ainsi que le nombre de logements par habitant. En conclusion, la consommation d’énergie de ce secteur n’a diminué que de 0,1% par an.

 

> En savoir plus sur l’efficacité énergétique entre 2000 et 2016

 

 

La création de la Métropole du Grand Paris et des grandes intercommunalités a accentué la concentration des activités dans la zone dense. Dans ce contexte institutionnel bouleversé, le Ceser s’est penché sur l’avenir des territoires péri-métropolitains. Un travail d’un an, mené par Nicole Sergent, et dont le rapport a été présenté à l’assemblée consultative début juillet, pose la question suivante : comment abolir les inégalités territoriales et éviter un décrochage des communes situées en périphérie du tumulte métropolitain ?

 

Quels sont ces territoires ?

Intégrés ou pas à l’aire urbaine de Paris, ces territoires de périphérie se caractérisent d’abord par leur très grande diversité. Des villes de banlieue, comme Sarcelles, aux premières villes nouvelles (Cergy, Evry…), en passant par les communes « porte d’entrée » de la région (Roissy, Saclay, Marne-la-Vallée…), ou ces « villes traits d’union » (Nemours, Provins, Rambouillet). Mais surtout de grands espaces ouverts, plateaux agricoles, boisés, naturels, au cadre de vie attractif et au potentiel culturel et touristique fort.

Ces intercommunalités aux tailles très variables (de 15 000 à plus de 100 000 habitants) ont, selon le rapport, un rôle clé à jouer dans l’épanouissement francilien.

 

Quels risques ?

Au-delà des inégalités bien identifiées entre l’Ouest et l’Est, à maîtriser, le rapport alerte sur d’autres risques, notamment sur un décrochage d’une partie de ces territoires, en termes d’activités économiques.  Ces derniers ne doivent pas être une spécialisation sociale résidentielle, sachant que sur les 70 000 logements à construire par an en Ile-de-France, 34 000 y sont prévus, dont 24 000 dans l’unité urbaine. Afin de prévenir cette fragmentation croissante de l’espace et une marginalisation importante des territoires ruraux, le Ceser entend renforcer les moyens d’actions de ces intercommunalités aux ressources fiscales souvent insuffisantes pour établir de véritables politiques d’aménagement et construire un projet territorial cohérent.

 

Quelles solutions ?

Pour réduire les inégalités sociales et territoriales, les politiques publiques régionales doivent aider à l’émergence de solides projets de territoire portés par les nouvelles intercommunalités, à partir de leurs spécificités.

Le Ceser propose d’agir sur 6 axes :

  • Mesurer les risques de nouvelles inégalités territoriales en Ile-de-France
  • Elaborer des stratégies de développement plus ambitieuses pour les territoires péri-métropolitains
  • Développer des politiques d’aménagement plus structurantes
  • Faire émerger des outils d’aménagement mieux adaptés aux réalités des territoires périurbains et ruraux
  • Bâtir les politiques de développement et d’aménagement sur l’inter-territorialité
  • Co-construire l’inter-territorialité sous l’impulsion de la Région Ile-de-France

Refonder le lien qui unit les territoires péri-métropolitains au cœur de l’agglomération, asseoir leur place dans le fonctionnement métropolitain, assurer leur développement et leur aménagement permettront de donner plus de force au rayonnement et à l’attractivité de la région capitale. La Région Ile-de-France a un rôle central à jouer pour accompagner la construction d’un développement territorial durable fondé sur des interdépendances choisies.

 

> Pour en savoir plus