Assemblée Générale de la FNAIM du Grand Paris: retour en images

Le 19 octobre s’est déroulée l’Assemblée Générale de la FNAIM du Grand Paris, à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris Ile-de-France. Une Assemblée capitale pour la Chambre qui a élu 20 nouveaux administrateurs, une première depuis plus de 20 ans. Cette élection conduira ensuite à l’élection du Président pour un mandat non renouvelable de cinq ans.

Cette AG a également été l’occasion pour Didier Camandona de rappeler le chemin parcouru par la Chambre depuis sa création il y a 4 ans, en présence d’acteurs de la région du Grand Paris et des partenaires de la Chambre.
Parmi les intervenants : Didier Kling, Président de la CCI, qui est revenu sur « Le Grand Paris, le plus grand chantier d’Europe », et Jean-Marc Torollion, nouvellement élu à la tête de la FNAIM – Fédération Nationale de l’Immobilier.

La FNAIM du Grand Paris a également eu l’honneur d’accueillir Vladimir Fédorovski, historien et écrivain, qui a partagé avec l’assemblée sa connaissance de la Russie, dressant un parallèle entre histoire et immobilier, les murs étant les « gardiens de la mémoire ».
(photos ©Francine Bajande)

__________________________________________

Interview

Écoutez l’interview de Didier Camandona,

Président de la Chambre FNAIM du Grand Paris, par Radio Immo, lors de l’Assemblée Générale

Écoutez l’interview de Vladimir Fédorovski,

écrivain et historien. Il était l’invité d’honneur de l’Assemblée Générale de la Chambre @Fnaimidf. Entretien réalisé par Radio Immo

Écoutez l’interview de Didier Kling,

Président de la CCI Paris Ile de France, lors de l’Assemblée Générale. Entretien réalisé par Radio Immo

Écoutez l’interview de Michel Terrioux,

Délégué général de la Chambre FNAIM du Grand Paris, lors de l’Assemblée Générale. Entretien réalisé par Radio Immo

Écoutez l’interview de Gilles Ricour de Bourgies,

ancien président de la Chambre FNAIM du Grand Paris, lors de l’Assemblée Générale. Entretien réalisé par Radio Immo

Écoutez l’interview de Jean-Marc Torrollion,

nouveau Président de la FNAIM Nationale, lors de l’Assemblée Générale de la FNAIM du Grand Paris. Entretien réalisé par Radio Immo

PROFESSIONS IMMOBILIÈRES N°144

PAUSE ESTIVALE

Cette pause, dont les Français ont le secret, leur permet de prendre du recul par rapport aux derniers évènements politiques, économiques et sociaux.

Le Président de la République a vécu ses 100 premiers jours et les nouveaux députés se sont mis au travail, c’est-à-dire la fabrication de la loi qui permet aux uns et aux autres de vivre en société.

Nos gouvernants nous ont promis des réformes, réformes de fond ou réformes de forme ?

Le logement n’échappera pas à cette volonté affirmée de transformer le pays mais dans quel sens : propriétaire ou locataire, parc public ou parc privé, investisseur ou rentier ?

On ne peut certes pas reprocher au pouvoir actuel de souhaiter mieux utiliser les 40 milliards d’euros finançant le logement de notre pays, mais en n’oubliant pas que ce secteur en rapporte 68 aux caisses de l’Etat.

Les professionnels, comme les citoyens, avaient jusqu’au 10 septembre la possibilité de transmettre au Ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mezard, leurs propositions de réformes.

En ce qui nous concerne, la Commission Logement du MEDEF Île-de-France avait rédigé un 2e rapport en mai dernier, que vous avez tous reçu, pour alimenter les candidats aux élections législatives. Ce rapport a été remis au Ministre de la Cohésion des territoires la semaine dernière en soulignant que la Région francilienne doit bénéficier d’un traitement particulier.

Si notre Région a connu un volume de transactions immobilières exceptionnel au 1er semestre, les loyers ont, dans le même temps, continué de baisser, démontrant une nouvelle fois l’inutilité du double encadrement des loyers imposé par Madame Duflot (étude CLAMEUR).

D’autres facteurs nous permettent de combattre un fatalisme et un déclinisme bien français depuis plusieurs années. Depuis janvier, la zone européenne connaît une reprise économique certaine et nous savons désormais que les Jeux Olympiques se tiendront en 2024 à Paris.

Soyons donc un peu patients mais toujours volontaristes dans l’action à mener.

Didier Camandona,

Président de la Chambre FNAIM du Grand Paris

> Télécharger la revue au format pdf

 

Quels logements dans les quartiers de gare du Grand Paris Express ?

Depuis 2014, les travaux de l’observatoire des quartiers de gare du Grand Paris Express (GPE) contribuent à établir la photographie des 68 quartiers qui seront desservis par le nouveau métro à l’horizon 2030. Une analyse détaillée vient d’être publiée, s’intéressant au parc de logements présents dans les quartiers de gare du Grand Paris Express.

Le Grand Paris Express va profondément modifier la géographie de la métropole et entraîner une réorganisation des quartiers de gare. Les 540 000 logements devraient profiter d’une meilleure desserte et d’une nouvelle dynamique.

Une grande disparité dans l’offre de logements

Le profil des habitants des 68 quartiers de gare du GPE se distingue de celui des habitants de la Métropole du Grand Paris par une proportion plus importante de familles et de jeunes de moins de 18 ans, mais aussi par une plus forte présence des ménages modestes, employés ou ouvriers et un taux de chômage un peu plus élevé.

Les plus fortes densités de population s’observent dans Paris et les communes limitrophes mais aussi dans une partie de la boucle nord de la Seine (Pont Cardinet, Porte de Clichy, Maison Blanche). Les plus faibles se situent dans les quartiers de gare distants d’une dizaine de kilomètres du cœur de Paris (Sevran-Livry, Rueil Suresnes).

On peut noter plusieurs typologies de quartiers :

  • Des quartiers résidentiels : Bois Colombes, Fort d’Issy Vanves Clamart, Bondy (tissu pavillonnaire) et Pont Cardinet, Porte de Clichy, ou encore Versailles Chantiers (tissu résidentiel collectif continu).
  • Des quartiers accueillants habitat collectif et pavillonnaire : Bécon-les Bruyères, Massy Palaiseau, Le Bourget RER.
  • Des quartiers avec une dominante d’habitat collectif discontinu de type grands ensembles : Clichy-Montfermeil, Noisy-Champs, Massy Opéra.
  • Des quartiers de gare très mixtes avec un habitat qui occupe moins de place que les activités : Pont de Sèvres, La Défense, Val de Fontenay.
  • Des quartiers de gare où l’activité ou les équipements occupent la plus grande part du quartier même si des logements sont présents : Pont de Rungis, Les Grésillons, Le Mesnil-Amelot.

Que va changer le nouveau métro ?

Le rythme de construction s’accélère depuis quelques années. Environ 74 000 logements ont été autorisés à la construction de 2000 à 2013 dans les quartiers de gare du Grand Paris Express. Cela représente un rythme de 5 300 logements autorisés par an, soit une moyenne d’environ 80 logements par an et par quartier de gare. Ces nouveaux logements représentent donc une augmentation de 1 % du parc existant chaque année.

La construction de logements a été très dyna­mique dans 9 quartiers de gare : Nan­terre la Boule, Stade de France, Saint-Denis Pleyel, Issy RER, Fort d’Issy Vanves Clamart, Pont de Sèvres, Chelles, Mairie de Saint-Ouen, Massy Palaiseau.

Les projets initiés avant l’annonce de la construction du métro se multiplient. En outre, des opérations d’amélioration du cadre de vie, de l’habitat et de la végétalisation des paysages ont été lancées.

Pour en savoir plus : http://www.apur.org/etude/logements-quartiers-gare-grand-paris-express