1er bilan du WPBC

A l’occasion du 1er bilan du club, fort de ses 15 mois d’existence et de ses 420 membres, répartis pour 40% en Ile-de-France, 40% sur l’ensemble du territoire français et 20% à l’étranger, le WPBC dresse un 1er bilan positif de l’activité à l’international.

Vous aussi, vous souhaitez développer votre Chiffre d’affaires à l’international et avoir accès à des outils concrets et spécifiques ?

Rejoignez le WPBC !

wpbc@fnaimgrandparis.com

7ème édition de l’Observatoire des charges de copropriété de la FNAIM du Grand Paris

Le 10 décembre 2019, pour sa 7ème édition de l’Observatoire des charges de copropriété, la FNAIM du Grand Paris lance un outil de pilotage simple et innovant pour aider les syndics à piloter la gestion de leurs copropriétés. Le lancement de ce nouvel outil intervient dans un contexte de hausse des charges de copropriété à Paris en 2018. Représentant 367 syndics de copropriété, l’Observatoire des charges de copropriété de la FNAIM du Grand Paris a analysé 91 212 lots soit 3 171 immeubles sur Paris. Il repose sur une méthodologie éprouvée et contrôlée par un huissier de justice, pour donner aux décideurs économiques et politiques ainsi qu’aux Franciliens les clés d’analyse et de compréhension des charges de copropriété qui représentent un poste important dans les dépenses des ménages. Une hausse des charges en 2017 et 2018 Après une baisse amorcée en 2013, la FNAIM du Grand Paris avait constaté une stabilité des charges de copropriété en 2016. L’indice des charges de copropriété, créé en 2013 pour favoriser une lecture plus claire aux yeux des copropriétaires s’établit à 98,29 pour 2018, contre 91,38 en 2017, soit + 7,56 %. Michel Platero, président de la FNAIM du Grand Paris déclare : « Nous constatons une hausse des charges de copropriété sur les deux dernières années. Cette hausse s’explique notamment par l’augmentation du prix de l’eau et de l’électricité. Les honoraires de syndic sont les seules charges à se stabiliser. C’est pourquoi, nous avons décidé de lancer un nouvel outil de pilotage pour aider les syndics à faire baisser les charges de copropriété qui pèsent sur les ménages. Cet outil permettra de mieux anticiper les hausses éventuelles et d’agir en conséquence en communiquant auprès des habitants. » Après l’augmentation induite par loi ALUR (+11 % en 2015, +18 % entre 2013-2015), nous assistons à une stabilisation des honoraires de gestion des syndics depuis 2016. Michel Platero ajoute à ce propos : « Après l’augmentation des honoraires de syndics induite par la loi ALUR, nous assistons désormais à une stabilisation depuis deux ans. En dépit d’un accroissement de leur charge de travail, les syndics ont continué d’assurer leur mission de proximité au service de l’apaisement des tensions et de la bonne gestion des immeubles. » Travaux : 2,70 milliards d’euros investis chaque année dans les copropriétés parisiennes Le ratio travaux/charges est de 1,77 € à Paris contre 1,58 € en 2015 démontrant ainsi le degré de confiance des copropriétaires dans leur patrimoine. Les copropriétés parisiennes investissent donc chaque année 2,70 milliards d’euros dans l’activité économique du bâtiment, preuve que le secteur est pourvoyeur d’emplois et générateur de richesses pour nombre d’entreprises et d’artisans spécialisés. Michel Platero de conclure : « Les copropriétaires comprennent la nécessité d’investir au service de la valorisation de leur patrimoine. Cependant, nombreux sont ceux confrontés à des difficultés de financement de ces travaux. Il y a donc la nécessité de trouver des solutions de financement tel que le prêt solidaire. » Un outil de pilotage innovant pour les syndics de copropriété Chaque adhérent de la FNAIM du Grand Paris qui participe à l’Observatoire des charges de copropriété bénéficie désormais d’un accès à une plateforme lui permettant d’établir pour les immeubles qu’il gère une comparaison poste par poste de ses charges de copropriété. Chacun peut ainsi se rendre compte des améliorations possibles pour chaque poste et amener ainsi les copropriétaires à réaliser des économies.