Le Club International des professionnels de l’immobilier : un très beau succès

Lors du congrès FNAIM & Salon des Professionnels de l’Immobilier qui a eu lieu les 26 et 27 novembre dernier au Carrousel du Louvre de Paris, le stand du WPBC (World Property Business Club) ne désemplissait pas avec un nombre record d’adhésions sur deux jours.

Rappelons que ce Club, créé au mois de septembre 2018 et qui compte aujourd’hui 300 membres, a pour objectif de permettre à ses adhérents  de se lancer à la conquête des acheteurs étrangers et d’aider leurs clients français à acquérir un bien hors de nos frontières.

L’adhésion est gratuite jusqu’au 1er juin 2019, vous pourrez ainsi bénéficier rapidement des nombreux avantages de ce Club:

  • Rejoindre PROXIOCONNECT, le réseau social mondial des agents immobiliers, qui regroupe près de 700 000 professionnels répartis sur la planète,
  • Publier vos biens sur le site international BtoC  www.worldproperties.com,
  • Se former en E-learning sur les règles de l’intercabinet international et sur l’environnement juridique et fiscal d’une vingtaine de pays différents,
  • Apposer le logo World Property Business Club sur votre vitrine afin de rentrer davantage de mandats de vente,
  • S’entraider entre professionnels selon les demandes géographiques de des clients pour leur recherche de biens.

 

Professionnels de l’immobilier, pour rejoindre le Club, cliquez ici : http://fnaimgrandparis.cornelius-communication.com/ 

Professionnels de l’immobilier, non adhérents à la FNAIM : Quels sont vos intérêts à rejoindre le World Property Business Club ?

Quel transactionnaire n’a jamais eu à répondre à ce type de questions d’un prospect lors de la prise de mandat : « Et vous, est-ce que vous avez des clients à l’étranger ? », « Pourriez-vous présenter mon bien sur des portails à l’étranger ? ».

Même si nous savons que nos acquéreurs résident majoritairement en France, pouvoir publier des mandats de qualité à l’international constitue un argument très efficace lors de la commercialisation d’un bien.

 

Pourquoi avoir créé ce club dédié à l’immobilier international ?

Le marché immobilier s’internationalise de façon croissante. Les capitaux sont de plus en plus mobiles pour trouver les meilleures opportunités. Ainsi, la conquête de la clientèle étrangère et celle des investisseurs français à l’étranger, devient un véritable objectif et un enjeu commercial.

Forte de ces constats, la FNAIM du Grand Paris a décidé de créer le World Property Business Club, car s’ouvrir à l’international apparaît aujourd’hui comme une évidence pour développer les activités des professionnels de l’immobilier.

Il existe une réelle demande de la part des agents immobiliers, quelle que soit leur taille, pour s’ouvrir à l’international. Ainsi, qu’il s’agisse d’agences en réseau ou d’une agence indépendante, les opportunités de développement avec l’étranger sont certaines.

Par exemple, Jean-Pierre Brusson, agence familiale à Castres, a adhéré car sa situation géographique, proche de l’Espagne, lui permet de développer une clientèle d’acquéreurs français en Espagne.

 

Quel est l’objectif de club ?

Concrètement, il s’agit de :

  • Favoriser les échanges entre les adhérents et les professionnels étrangers,
  • Faciliter les transactions pour les non-résidents qui achètent en France ou les français désireux d’investir à l’étranger.

Pour vos clients français, c’est aussi l’opportunité d’ouvrir une vitrine à l’étranger et de présenter les biens qu’ils confient en exclusivité aux agences affiliées au World Property Business Club.

 

Quels sont les moyens sont mis à votre disposition pour faciliter vos démarches internationales ?

Lorsqu’une agence adhère au World Property Business Club, elle bénéficie d’un accès à deux niveaux:

  • La plateforme d’échanges internationaux Proxio Connect : cette plateforme B to B réunit plus de 700 000 professionnels dans 30 pays qui partagent leurs biens à vendre à travers le monde ;
  • Le site internet international worldproperties.com, accessible aux acquéreurs internationaux où sont diffusées les annonces immobilières de nos adhérents.

Cette capacité à valoriser un bien immobilier à l’international est un élément décisif pour les agences immobilières qui peuvent assurer à leurs mandants, dans le cadre d’un contrat d’exclusivité, une visibilité inégalée.

 

Quelles sont les modalités d’adhésion à ce club ?

Jusqu’au 31 décembre 2018, l’adhésion est offerte. C’est donc le moment ou jamais de nous rejoindre ! En trois mois d’existence, nous recensons déjà 200 membres ! Notre objectif est d’atteindre les 500 membres à la fin de l’année et, au vu de l’intérêt manifeste des agents immobiliers, nous y serons très certainement.

Au 1er janvier 2019, les accès à Proxio Connect et à worldproperties.com seront payants.

Une courte formation obligatoire sera dispensée à tous les adhérents. Cette formation IREC (International Real Estate Certification), à suivre en webinaire fixera les règles de la transaction internationale entre les professionnels du monde entier. Elle sera élaborée en partenariat avec l’Ecole Supérieure de l’Immobilier.

Chacun se spécialisera ensuite dans l’immobilier d’un pays spécifique, d’autres modules de formations permettant d’acquérir des connaissances sur les règles de l’immobilier dans un certain nombre de pays.

 

Alors, n’hésitez plus et venez nous rejoindre !

World Property Business Club : la FNAIM du Grand Paris se met à l’heure internationale

Regardez à partir de 8 minutes 35

Marie Coeurderoy revient sur le lancement du World Property Business Club par la FNAIM du Grand Paris.

Ce tout nouvel outil d’internationalisation au service des professionnels de l’immobilier a pour objectif d’aider les agences dans leur stratégie de développement avec l’étranger.

Qu’ils soient adhérents FNAIM du Grand Paris ou non, les professionnels de l’immobilier français ont désormais de nombreux outils et services dédiés pour les assister dans la vente de biens immobiliers en France aux investisseurs étrangers (particuliers et entreprises), ainsi que dans l’accompagnement de leurs clients français souhaitant investir dans le monde entier.

Emission Le Club Immo, du mercredi 19 septembre 2018, présenté par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur, sur BFM Business. 

Lancement du World Property Business Club par la FNAIM du Grand Paris

Tous les métiers évoluent, ceux de l’immobilier comme les autres : avec la digitalisation, la transaction immobilière doit maintenant s’ouvrir à la mondialisation des marchés. Comme le souligne Michel Platero, président de la FNAIM du Grand Paris,  « la mondialisation est une évidence et constitue de plus en plus une opportunité pour nos différents marchés ».

 

Dans cette optique, la FNAIM du Grand Paris lance le 19 septembre prochain le World Property Business Club, nouvel outil d’internationalisation pour les professionnels de l’immobilier. Le Club a pour objectif d’aider les agences dans leur stratégie de développement avec l’étranger. Ce lancement s’inscrit dans une logique d’ouverture à l’international prônée depuis plusieurs années par la Chambre à travers des contacts et événements ouverts aux professionnels du monde entier.

Seront présentés à cette occasion de nombreux outils et services dédiés pour aider les professionnels dans la vente de biens immobiliers en France aux investisseurs étrangers (particuliers et entreprises), ainsi que dans l’accompagnement des clients français souhaitant investir à l’international.

 

Evénement réservé aux professionnels de l’immobilier

RDV le 19 Septembre 2018

À la mairie du 17e arrondissement de paris

de 9h30 à 14h

Auditorium de la mairie du 17e arrondissement de paris

16 rue des Batignolles

75017 Paris

Hausse continue du prix moyen de l’immobilier à Paris

La hausse des prix immobiliers se poursuit en France depuis plusieurs années de manière continue. La région parisienne apparaît comme particulièrement touchée par le phénomène. Cependant, celui-ci touche de façon inégale les arrondissements parisiens.

Petite revue des prix moyens dans ce secteur toujours très prisé.

D’après une étude du Conseil général de l’environnement et du développement durable (CGEDD), en 2017, les prix moyens ont dépassé les 9 000 euros le m² avec un mètre carré se négociant autour de 9 040 euros.  En mai de cette année, le mètre carré atteint les 9 320 euros soit une progression de plus de 9 % en un an. L’écart de prix entre le quartier le moins cher de Paris, La Chapelle dans le 18e, et le plus cher, Saint Thomas d’Aquin dans le 7e, tend progressivement à se réduire, et n’était plus en fin d’année qu’un rapport de 1 à 2,2.

Comment expliquer cette hausse continue ?  Dans le milieu des investisseurs, la pierre est encore considérée comme une valeur refuge. Selon ces mêmes investisseurs, c’est sur le marché dit patrimonial qu’aucun changement de situation n’est à prévoir. Ce marché est celui des arrondissements huppés des grandes villes françaises (Paris, Lyon, Marseille) où aucune construction ou presque n’est possible ; la pression au niveau des prix y est donc particulièrement forte.

A ceci s’ajoute enfin le phénomène du Brexit ; Londres a perdu de son attrait à l’avantage de Paris qui attire de plus en plus les étrangers fortunés soucieux d’acquérir un bien dans la ville lumière.

La capitale n’est donc pas prête de perdre de sa superbe aux yeux du public étranger comme français.

 

 

 

Lancement de l’« International Business Club » de la FNAIM du Grand Paris

Si l’Ile de France connait un solide retour de la croissance, l’international constitue un relai intéressant pour les agents immobiliers de la région. Afin de développer les partenariats nécessaires avec ses homologues étrangers, la FNAIM du Grand Paris a créé l’International Business Club.

Cette instance réunit les professionnels de la Chambre du Grand Paris réalisant des transactions à l’international. Grâce à ce club, la Chambre du Grand Paris va former ses adhérents aux règles commerciales internationales.

Les adhérents de la FNAIM du Grand Paris ont par ailleurs rejoint la plateforme BtoB Proxio qui leur permet de réaliser des transactions en partenariat avec des confrères dans le monde entier. Cette plateforme multilingue regroupe d’ores et déjà plus de 600 000 professionnels immobiliers à travers le monde.

Sur le même thème, rappelons ici l’existence du site Worldproperties.com, vitrine pour le grand public de l’offre immobilière internationale.

Destination Barcelone !

La récente rencontre internationale entre la FNAIM du Grand Paris et son homologue catalan, l’API, fut l’occasion d’un regard croisé sur les marchés immobiliers des deux pays. Quelles informations retenir des présentations ?

A l’instar du marché français, le marché immobilier espagnol connait également une reprise affirmée. Pour autant, les prix restent encore largement en dessous de 2007 – année la plus haute avant la crise –  et des prix moyens français : Barcelone, la ville la plus chère, affiche 4 284 € le m² alors que Paris tutoie les 9 000 € au m².

Suivent ensuite Madrid et le Pays Basque espagnol avec respectivement 2544€ et 2 519 € le m². Le prix moyen espagnol s’établit quant à lui à 1530 € le m² et à 2544 € le m² pour la seule Catalogne. Prix et fiscalité attractifs, qualité de vie, climat, etc. constituent autant d’atouts pour les investisseurs étrangers.

Les Français, 2ème investisseur sur le marché espagnol

Les étrangers représentent 14 % du total des transactions effectuées en Espagne, soit 55 500 sur les 464 223 ventes immobilières enregistrées en 2017. 80 % des acheteurs ont opté pour un logement dans l’ancien. Les Français arrivent en seconde place des acheteurs étrangers : avec plus de 5 300 ventes enregistrées en 2017, ils représentent plus de 8,2 % des investisseurs étrangers, derrière les Britanniques (15,6 %) et devant les Allemands (7,8 %).

Le profil type de l’investisseur étranger établi par l’API est majoritairement – à 38 % –  un acheteur de 45 à 64 ans avec des enfants de plus de 18 ans et ayant les ressources nécessaires lui permettant de mener à bien un projet de changement de vie.

« Le marché espagnol a tourné la page de la crise de 2007, avec un nouvel environnement qui se dessine. Le secteur résidentiel renoue avec la croissance, tous les indicateurs sont au vert et 2018 verra cette amélioration s’amplifier », analyse Joseph Pellicer, délégué général de l’API.

La mobilité résidentielle freinée en Ile-de-France par le marché immobilier

Une étude de l’Insee et de l’IAU sur la mobilité résidentielle des ménages en Ile-de-France sur la période 2006-2013, publiée le 8 février 2018, rapporte que « les tensions sur le marché immobilier freinent les déménagements ».

On apprend ainsi qu’en 2012, un ménage francilien sur 10 avait changé de logement au cours de l’année. La majorité des ménages mobiles s’installent à Paris ou dans un département de petite couronne. Pour ceux déjà présents dans la région, la nouvelle résidence principale se situe le plus souvent à proximité de l’ancienne.

En Île-de-France, la jeunesse de la population et l’importance du parc locatif, composé en grande partie de petits logements, devraient favoriser les mobilités résidentielles… Pourtant, phénomène relativement récent, la mobilité résidentielle observée y est plus faible qu’en province, 11,0 % contre 11,8 %.

Changer de logement en Île-de-France s’avère en fait plus difficile qu’en province. La relative faiblesse de la construction neuve, jusqu’à une époque récente, et la dynamique des prix de l’immobilier expliquent ce phénomène.

 

Cette étude, qui utilise les données les plus récentes du recensement, est le fruit d’un travail partenarial, mené en 2017, entre la Direction régionale et interdépartementale de l’équipement et de l’aménagement (DRIEA), l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE), l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU), la Direction régionale et interdépartementale du l’habitat et du logement (DRIHL).

 

https://www.insee.fr/fr/statistiques/3319539

Quand les clients notent les professionnels de l’Immobilier

Pour la deuxième année consécutive Opinion System et l’IFOP dévoilent les résultats d’une enquête sur la satisfaction clients dans l’immobilier. Bilan : un sentiment plutôt positif à l’égard des prestations des professionnels et une place de plus en plus importante accordée aux avis clients.

 

7 sur 10, en progrès !

En 2017 un client ayant consommé un service immobilier attribue une note de satisfaction moyenne de 7/10 au professionnel, en légère augmentation par rapport à l’an dernier (6.7 en 2016). Accueil, compétence, résultat de la prestation, accompagnement, la note est à chaque fois plus que correcte. Même le rapport qualité/prix progresse à 6,5/10 contre 6/10 pour l’enquête 2016.

Des avis clients très attendus

Alors qu’ils sont devenus très courants dans les voyages, l’hôtellerie restauration ou encore l’achat d’applis mobiles, il demeure difficile de dénicher des avis clients dans l’immobilier. En 2016, 79% des personnes interrogées déclaraient que les avis clients les influaient sur le choix de l’agence immobilière, ce chiffre a continué de progresser pour monter à 85% en 2017.

De même, en 2016, 64% des personnes interrogées déclaraient que les avis clients les influaient sur le fait de traiter avec un professionnel plutôt qu’avec un particulier. En 2017 elles sont 80% !

Une preuve, s’il en fallait une, que les agents immobiliers attentifs à la satisfaction et à l’écoute de leurs clients se sont engagés dans une voie pour l’avenir. En effet, les agents immobiliers qui affichent la satisfaction de leurs clients rassurent !

Enfin, les avis clients sont également facteurs de progrès chez les professionnels eux-mêmes, influant positivement sur leur notoriété ou encore sur la motivation des équipes.

 

Pour en savoir plus : https://www.lamaisondelimmobilier.org/wp-content/uploads/2018/02/Satisfaction-clients-dans-limmobilier-Enquete-IFOP-OS-2018.pdf