Le dernier numéro hors-série de la revue Urbanisme intéressera tous ceux qui agissent pour la ville d’aujourd’hui – et de demain.

« L’expertise des usagers, le vécu des habitants et les aspirations des citoyens peuvent-ils devenir l’alpha et l’oméga des projets urbains ? Il est trop tôt pour s’en assurer« , relève de manière réaliste Jean-Michel Mestres dans son éditorial. Mais le besoin est là, son expression prend de l’ampleur, les pratiques s’en trouvent modifiées. »

À travers les comptes rendus des 36e Rencontres des agences d’urbanisme, organisées l’année dernière dans la capitale des Gaules, et des interviews complémentaires sur la métropole lyonnaise, ce numéro propose une véritable photographie des nouvelles formes d’action de « l’individu-citoyen » en milieu urbain. « Dans le contexte de bouleversement institutionnel (mise en place des grandes régions et des métropoles), c’est toute la relation au pouvoir local qui se trouve réinterrogée. »
Avec deux idées force : le « droit à l’expérimentation« , et la nécessité pour les élus de privilégier « un rôle de connecteur » plutôt que d’organisateur et de planificateur. Soit une façon originale de réhabiliter ce que le grand légiste du Moyen Age, Jean Bodin, avait déjà compris : « Il n’est de richesse que d’hommes« …

A lire : L’individu créateur de ville, dossier de la revue Urbanisme HS n°55,décembre 2015, 20 €, www.urbanisme.fr