Les ventes flash sont devenues monnaie courante à Paris ; il n’est plus rare que les biens ne restent pas en vente plus d’une semaine.

Selon les notaires de Paris-Île-de-France, la côte de la capitale est maintenant de 8 900 euros/m2, en moyenne avec une hausse de près de 7 % sur un an. Dans l’hypercentre, les 2e et 10e arrondissements connaissent même une augmentation annuelle à deux chiffres ! Les acquéreurs sont en ébullition pour se disputer les biens plus prisés des quartiers centraux et certains professionnels reconnaissent une véritable pénurie de stocks. Beaucoup de ventes s’effectuent très vite et au prix les plus élevés.

Pour un nombre important d’acquéreurs c’est un sentiment de frustration qui peut prédominer lorsque des offres identifiées sur internet ont déjà trouvé preneur.

Nombre d’études de notaires confirment cette tendance où les biens trouvent preneur sur le marché en quelques jours. Le phénomène ne semble pas pour l’instant s’inverser entraînant la fuite des ménages vers les départements de la petite couronne où les prix restent plus faibles.