PROFESSIONS IMMOBILIÈRES N°134

DE LA PAROLE AUX ACTES…

Suivre les annonces faites par les Pouvoirs Publics et les parlementaires dans les domaines de l’habitat, du logement et de l’hébergement en Ile-de- France depuis la loi ALUR s’avère être un exercice de plus en plus difficile.

les textes promulgués dont les effets peuvent être immédiats sur le terrain. Pour autant, les réponses que nous devons aux consommateurs et à nos clients dans nos différents métiers doivent toutefois rester rigoureuses, fiables et surtout responsables. Cette situation n’est pas nouvelle mais elle s’aggrave car le contexte lié à la réforme territoriale ne rend pas les choses simples. Dans les mois à venir, les résultats des élections régionales pèseront nécessairement sur la constitution et le rôle de la Métropole du Grand Paris pour nos activités. Force est de constater que la Société du Grand Paris chargée des transports prend du retard. Force est de constater aussi que les objectifs de création de 70 000 logements ne sont pas prêts d’être atteints. Face à cette politique relevant trop souvent d’une volonté d’affichage, ma préoccupation est de développer les outils et les services de la Chambre pour favoriser le développement de nos 2000 cabinets en Ile-de- France : observatoires économiques, formations, conseils juridiques et actions à l’international. Mais je n’oublie pas le rôle que doit jouer notre Chambre sur les dossiers du logement francilien. Dénoncer tous les jours le danger que représente l’encadrement des loyers pour l’offre de logements privés va de pair avec ma participation active à la création de « Multiloc » par la Mairie de Paris : nous aiderons ainsi les classes moyennes à se loger pour des loyers compatibles avec leurs moyens financiers, tout en évitant de tarir l’offre des bailleurs privés à cause de mesures purement politiciennes. L’environnement économique et social est loin d’être stabilisé : quoi qu’on en dise, la croissance reste faible et le chômage élevé. Dans ce contexte un dialogue constructif et des actes concrets sont plus que jamais nécessaires.