PROFESSIONS IMMOBILIÈRES N°140

grand-paris-formation

ECLAIRCIES

A la veille des élections présidentielles et législatives, soyons réalistes.

Certains se plaignent encore de la loi ALUR et des obligations qu’elle entraîne.

Même si j’ai conscience des difficultés qu’elle a pu engendrer, des améliorations qu’il faut encore apporter et des décrets importants qui sont en attente, il me semble nécessaire de rappeler que nous respectons l’état de droit et que seule une loi peut défaire une autre loi dans notre pays.

Le passé est une chose, l’avenir en est une autre, restons dans le présent.

Les combats menés actuellement par Jean- François Buet au niveau national avec la détermination qu’on lui connaît, dans différents domaines, notamment l’immatriculation des copropriétés, sont âpres et doivent être gagnés. J’en suis convaincu.

De son côté, la Chambre FNAIM du Grand Paris poursuit son travail de lobbying avec, entre autres, les notaires de Paris et le Bâtonnier de Paris. Le rapprochement des professions du droit me paraît pertinent et de bon augure pour le futur.

Soyez en certains, nous allons travailler en 2017 pour les élections législatives.

La spécificité de l’Île-de-France est suffisante pour proposer un certain nombre de mesures pour le logement à partir des différents rapports qui ont été faits depuis deux ans dans ce domaine

Les éléments de connaissance voire de prospective sont connus puisque la donnée principale dans le domaine du logement est la démographie et les flux migratoires.

Enfin, quelques mots sur les éclaircies sur notre Région. M. Carenco, Préfet de la Région Île-de- France, a évoqué dernièrement une vague de signatures des OIN-CIN pour les semaines à venir, qui engagent l’Etat, les collectivités locales et les entreprises locales sur le terrain.

Les statistiques, avec 67.700 mises en chantier au cours des 12 derniers mois, sont une surprise positive.

En termes de transactions, les chiffres en Île-de- France de la Fédération et des Notaires soulignent une reprise des ventes qui se poursuit depuis cinq trimestres et génère une légère augmentation des prix. Au 2ème trimestre 2016, l’augmentation du volume des ventes de logements existants est de 14% par rapport au 2ème trimestre 2015. Elle bénéficie à tous les secteurs géographiques franciliens. Par contre, les investisseurs boudent les logements existants pour retrouver le chemin des bureaux de vente dans le neuf qui affiche un bon niveau d’activité.

Enfin, les taux d’intérêt des emprunts n’ont jamais été aussi bas, ce qui explique largement la situation actuelle, la crainte étant de voir une remontée des taux avec ses conséquences pour le marché avant la fin de l’année.

Concernant le marché locatif, la dernière étude de Michel Mouillart, Professeur d’économie à Paris Ouest, montre qu’il est dynamique avec une stabilité des loyers sur les huit premiers mois de l’année après la baisse constatée l’an dernier.

Depuis 2013, d’après cette étude, dans les ¾ des grandes villes, les loyers ont augmenté moins vite que l’inflation.

En Ile de France, le schéma régional de l’habitat et de l’hébergement devrait être voté fin 2016 avec ses conséquences sur les PLH (plans locaux de l’habitat) et les TOL. La territorialisation des offres de logements définie par l’Etat est en cours d’actualisation, ce qui vous permet de connaître les lieux où se construiront les logements dans les cinq ans à venir. Nous vous donnerons cette information dès qu’elle sera connue.

Pour conclure, nous n’avions pas eu d’éclaircies depuis longtemps, réjouissons-nous…

Confraternellement.

Didier Camandona,
Président de la Chambre FNAIM du Grand Paris

Télécharger la revue au format pdf

professions-immobilieres-140