Articles

Coup d’envoi du Salon de la Copropriété 2017: programme des conférences

La FNAIM du Grand Paris, membre fondateur du Salon de la Copropriété et acteur de premier plan sur ce secteur, est présente à cet événement, notamment via 7 conférences organisées sur l’espace AGORA et 2 interventions sur les conférences générales du Salon de la Copropriété.

Représentant 913 syndics de copropriété et administrateurs de biens en Ile de France, la FNAIM du Grand Paris renouvelle son engagement sur la gestion et la valorisation des immeubles en mettant à l’honneur de cette édition 2017 les thèmes de la sécurité et de la rénovation énergétique.

La FNAIM du Grand Paris apportera conseils et informations à tous les visiteurs avec le soutien de la Fédération et la présence de stands exposants partenaires.

 

PROGRAMME DES CONFERENCES

MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017

Conférence Générale du SALON animée par la Chambre FNAIM DU GRAND PARIS

MERCREDI 8 NOVEMBRE 2017 – 11h à 12h30

« Insécurité et vandalisme dans votre immeuble et votre quartier : comment réagir ? » – Salle Jean-Louis BORLOO

Animateur :          Didier CAMANDONA, Président de la Chambre FNAIM du Grand Paris

Intervenants :     Carole BESSON, Directrice du Pôle juridique FNAIM Grand Paris

                            Maître Christian FREMAUX, avocat honoraire, Auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ

                            Eric NESSLER, syndic FNAIM Grand Paris

                            Capitaine Jessica DENIAU, Gendarmerie IDF

                            Major Sylvain ROGER, Brigade de sapeurs-pompiers de Paris

                            Brigadier-Chef Bertrand DUSUEL, DSPAP, Préfecture de police

Sur le Village FNAIM du Grand Paris stands A015 – A027- B019 (en face de l’AGORA) :

AC3 – IMMO FACILE

AR24

BANQUE POPULAIRE RIVES DE PARIS

COPROPRIETE & TRAVAUX Magazine

CRYPTO

En’jo (Groupe Majikan)

ENEDIS

Entreprise LAVILLAUGOUET

 

FPS TOWERS – ATC France

GALIAN

GERCOP

ISTA

MONTE PASCHI BANQUE

NET IMMEUBLE

VOLT’R Electric – Groupe Batisanté

ZEPLUG

 

 

Espace AGORA

14h30 – 15h25  « Conseil Syndical et Syndic : un bon partenariat »

Jean-Charles ALBANESI, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Cyril BLANCHET, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Stéphane VARANGOT, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

 

15h30 – 16h25 « Travaux en copropriété : financement, subventions… »

Bruno MOUROT, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Joseph TORRES, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Stéphane VARANGOT, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Richard d’HAUTEFEUILLE, Directeur professions réglementées MONTE PASCHI BANQUE

Anne LE CADRE, Un intervenant FPS TOWERS

                                                              

16h30 – 17h25 « La plus-value d’un syndic professionnel »

Jean-Charles ALBANESI, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Gérard BRENNA, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Philippe SELLIER, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

 

17h30 – 18h25 « Comprendre la comptabilité d’une copropriété »

Catherine ALBANESI, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Bruno MOUROT, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Joseph TORRES, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

 

 

Conférence générale au sein de la salle Michel HOGUET –  17h à 18h15 : « Surélévation d’immeuble : du projet à la réalisation »

Animateur :        Henry BUZY-CAZAUX, Président de l’Institut du Management des Services Immobiliers (animateur)

Intervenants :

                            Didier CAMANDONA, Président de la FNAIM du Grand Paris

                            Olivier BRANE, avocat honoraire

                            Didier MIGNERY, architecte, associé fondateur du cabinet Up Factor Surélévation

                            Dominique SEVRAY, Président de Planète Surélévation

 

JEUDI 9 NOVEMBRE 2017

Espace AGORA

9h30 – 10h30 « Votre immeuble est-il en bonne santé ? Les pathologies du bâti »

Isabelle FOURNIER, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Olivier PRINCIVALLE, Président Commission ADB FNAIM Grand Paris

Un architecte de copropriété  

Eric LAVILLAUGOUET, Président Entreprise LAVILLAUGOUET

Adrian CERVOS, Directeur Marketing et Communication En’jo

 

10h30 – 11h25 «  La maîtrise des charges en copropriété »

Catherine ALBANESI, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Olivier PRINCIVALLE, Président Commission ADB FNAIM Grand Paris

Philippe SELLIER, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Adrian CERVOS, Directeur Marketing et Communication En’jo

Franck POUCHIN, Responsable développement NET IMMEUBLE

Guillaume de MALZAC, Président de AR24

Elisabeth GITZ, Directrice régionale Ile de France ISTA

 

11H30 – 12h25 « La rénovation énergétique en copropriété : quelles obligations ? »

Olivier PRINCIVALLE, Président Commission ADB FNAIM Grand Paris

Isabelle FOURNIER, Membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

Isabelle DALMAS, Adjointe à la Directrice du Pôle Juridique FNAIM Grand Paris

Stéphane IGNESTA, Directeur marketing et communication BATISANTE

Frédéric RENAUDEAU, Président de ZEPLUG

 

 

Immeuble: chauffage collectif

Chauffage collectif : quand peut-on le remettre en route ?

La période de froid s’installe et chaque année la même question resurgit : quand pourra-t-on remettre en route le chauffage collectif dans les immeubles ?

Que dit la loi ?

Il n’existe aucun texte législatif qui impose une date de mise en route du chauffage collectif. Il n’y a donc aucune période légale. Cette date est censée être inscrite dans le règlement de copropriété. Si tel n’est pas le cas, c’est au syndic de copropriété de la fixer. Elle sera inscrite dans le contrat passé avec le chauffagiste. Généralement, il s’agit du 15 octobre pour l’allumage des chaudières et du 15 avril pour son arrêt. Ces dates sont notamment strictement appliquées dans les structures reliées à un réseau de chauffage urbain. A Paris, les copropriétés représentent 75% du total des logements et plus de 90% d’entre elles ont été construites avant la première réglementation thermique de 1974.

Puis-je demander de rallumer le chauffage collectif avant ?

Il est possible, si le contrat le permet, de modifier les dates pour rallumer les radiateurs lorsque le début du mois d’octobre est frais. Avec le dérèglement climatique, il est donc recommandé d’inclure dans le contrat une clause permettant de modifier les dates prédéfinies. Pour espérer avoir du chauffage plus tôt que prévu, les habitants de l’immeuble doivent alors se manifester auprès des représentants du conseil syndical. Si la demande est jugée légitime, le conseil saisit le syndic pour qu’il contacte le chauffagiste.

Le syndic peut-il refuser ?

Oui, le syndic peut refuser une telle demande. Et ce, pour trois raisons: le contrat ne le prévoit pas, la température n’est pas «significativement inférieure à 19 degrés» ou le nombre d’occupants réclamant la mise en route du chauffage collectif n’est pas majoritaire. Dans ce cas-là, il n’existe aucun recours. Les habitants devront s’équiper d’un chauffage personnel ou d’appoint s’ils estiment qu’ils en ont besoin. À noter que si le contrat de copropriété ne permet pas de moduler la période de mise en route des chaudières, là encore, aucune requête ne sera prise en compte.

Puis-je demander la modification des dates prévues dans le contrat?

Chaque copropriétaire peut tout à fait demander en assemblée générale de modifier les dates contractuelles à partir desquelles le chauffage sera remis en route. De telles demandes doivent être adressées au syndic avant qu’il ait convoqué l’assemblée générale, afin qu’elles puissent figurer à l’ordre du jour.

Une fois le chauffage collectif remis en route, quelle température ne dois-je pas dépasser?

L’article R131-20 du Code de la construction et de l’habitation prévoit que le système de chauffage d’un immeuble doit permettre aux logements de maintenir une température maximale de 19 degrés. Mais, dans la réalité, ce seuil est souvent dépassé. Et ce, pour deux raisons: certains occupants sont plus frileux que d’autres et parce qu’il est difficile d’assurer une chaleur uniforme à tous les étages.

La FNAIM du Grand Paris renforce son engagement pour la sécurité des Franciliens

La FNAIM du Grand Paris, la Région FNAIM Paris IDF et la FNAIM de Seine-et-Marne ont signé, le 20 juin dernier,  une convention avec la gendarmerie d’Île-de-France pour élargir leur coopération à la Seine-et-Marne (77). Cette convention vise à renforcer la sécurité des personnes et des biens dans les immeubles gérés par leurs adhérents, dans les villes et agglomérations situées en zone de compétence de la gendarmerie. Elle vient prolonger la convention signée en 2014 par la chambre de la FNAIM du Grand Paris et la gendarmerie d’Île-de-France dans les départements du 91, 95 et 78.

Sécurité et immobilier, deux sujets étroitement liés

La délinquance et l’atteinte à la sécurité des Franciliens ne s’arrêtent pas aux pieds des immeubles. C’est pourquoi, depuis 17 ans, la FNAIM du Grand Paris s’engage en faveur de la sécurité immobilière afin de rappeler à tous leurs obligations et encourager le déploiement de solutions concrètes au sein de chaque immeuble. En mars dernier, la FNAIM du Grand Paris publiait un indice de l’attractivité immobilière des villes du Grand Paris qui montrait que, sous l’effet de la montée de la violence, le triangle vertueux, « emploi – logement – transport » se transforme, depuis 2 ans, en un triangle « logement – transport – sécurité » dans la région francilienne et du Grand Paris.

De nombreuses actions de terrain pour la sécurité des Franciliens

Grâce à la synergie créée par les réseaux formés par les adhérents FNAIM et les gendarmes référents, ces actions s’organisent autour de deux axes :

  • Le réseau de renseignement: dans chacun des 4 départements de la grande couronne, un officier de gendarmerie est tout particulièrement chargé de la prévention de la délinquance. Ces officiers sont aidés par un réseau de gendarmes correspondants sûreté. Les liens et les contacts entre les gendarmes et les adhérents FNAIM, associés à une réactivité et une bonne connaissance du terrain permettent le bon fonctionnement de ce réseau.
  • La prévention situationnelle : à chaque situation, il faut identifier les risques pour proposer des solutions adaptées (clôtures, gestion des espaces verts, éclairages, contrôles d’accès, vidéo-protection, …). Mieux informés et sensibilisés aux problématiques de sécurité par les gendarmes correspondants sûreté, les adhérents FNAIM peuvent ainsi conseiller et proposer à leurs copropriétaires la mise en place de dispositifs visant à renforcer leur sécurité.

Patrick Stodulka, de la gendarmerie à l’immobilier

Symbole du renforcement des liens entre les professionnels de l’immobilier et la gendarmerie d’Île-de-France, Patrick Stodulka, ancien gendarme, a été nommé en 2016 Président de la Région FNAIM Paris Île-de-France. Après l’École Interarmées des Sports et une carrière de 10 ans dans la gendarmerie, il décide en 1979 de se consacrer au secteur de l’immobilier. Formé au prestigieux ICH, l’institut de droit et d’économie appliqués à l’immobilier, il crée sa première agence dès 1983. En 2009, il est nommé Président de la chambre départementale FNAIM de Seine-et-Marne, fonction qu’il occupera jusqu’en 2016.

Le général de corps d’armée Jean-Marc Loubès, commandant la région de gendarmerie d’Île-de-France et la gendarmerie pour la zone de défense et de sécurité de Paris commente  « la gendarmerie est totalement engagée dans la prévention de la délinquance le plus en amont possible de la commission des infractions. Ce partenariat exprime la volonté commune de travailler en faveur de la sécurité des Franciliens et de permettre aux professionnels de l’immobilier d’être informés et accompagnés dans ce domaine sensible. »

Vente d’un bien: le contenu de la fiche synthétique est fixé

Avis aux vendeurs: la fiche synthétique fait désormais partie des documents à annexer à la promesse de vente ou, à défaut de promesse, à l’acte authentique de vente d’un lot de copropriété pour la bonne information du futur acquéreur (article L. 721-2 du Code de la construction et de l’habitation).

Objectif de la fiche synthétique

En précisant le contenu de la fiche synthétique de copropriété, le décret du 21 décembre 2016 permet désormais au syndic de la réaliser et au vendeur d’un bien en copropriété de la joindre aux documents nécessaires à l’information pré-contractuelle de l’acquéreur lors de la signature d’un avant-contrat.

Rappel: la loi ALUR a créé l’article 8-2 de la loi du 10 juillet 1965 qui prévoit que le syndic doit établir une fiche synthétique regroupant les données financières et technique essentielles sur la copropriété et son bâti.

  • Cette fiche concerne les immeubles en copropriété qui comporte au moins un lot à usage d’habitation.
  • Cette fiche est mise à jour chaque année par le syndic et est tenue à la disposition des copropriétaires. Une pénalité financière forfaitaire automatique, dont le montant doit être prévu dans le contrat de syndic, est appliquée si cette mise à disposition n’est pas effectuée dans un délai de 15 jours à compter de la demande d’un copropriétaire.
  • Le défaut de réalisation de cette fiche est un motif de révocation du syndic.

Le contenu de la fiche

Déterminé par le décret d’application du 21 décembre 2016, le contenu de la fiche est le suivant :
– L’identification de la copropriété,
– L’identité du syndic ou de l’administrateur provisoire ayant établi la fiche,
– L’organisation juridique de la copropriété,
– Les caractéristiques techniques de la copropriété,
– Les équipements de la copropriété,
– Les caractéristiques financières de la copropriété.

Ces données sont établies dans un délai de 2 mois suivant la notification du procès-verbal de l’assemblée générale au cours de laquelle les comptes de l’exercice clos ont été approuvés.

Le décret ajoute que la fiche mentionne la date de délivrance du document, le nom et la signature de l’autorité qui l’a délivrée accompagnés de son cachet.
Celle-ci peut également être extraite du registre national des copropriétés et comporte alors la date de délivrance du document et la mention « fiche délivrée par le registre national des copropriétés sur la foi des déclarations effectuées par le représentant légal ».

Entrée en vigueur

Le présent décret entre en vigueur :
– le 1er janvier 2017 pour les copropriétés de plus de 200 lots,
– le 1er janvier 2018 pour les copropriétés de plus de 50 lots
– et le 1er janvier 2019 pour les autres copropriétés.

Consulter le décret

 

Copropriété: le Diagnostic technique global (DTG) entre en scène

Le Diagnostic technique global est entré en vigueur le 1er janvier 2017

Créé par l’article 58 de la loi ALUR du 24 mars 2014, le DTG n’était pas encore « opérationnel » puisqu’il manquait un décret d’application. C’est chose faite puisque le décret du 28 décembre 2016 est venu préciser les compétences nécessaires aux professionnels chargés de réaliser un tel diagnostic.

Pour rappel

Suite à la loi ALUR, l’article L. 731-1 du Code de la construction et de l’habitation prévoit qu’à partir de janvier 2017, la réalisation d’un diagnostic technique global (DTG) est obligatoire pour les
immeubles :

  • De plus de 10 ans et qui font l’objet d’une mise en copropriété (article L. 731-4 CCH),
  • Ou qui font l’objet d’une procédure pour insalubrité et pour lesquelles l’administration demande au
    syndic de le lui produire (article L. 731-5 CCH).

Pour les autres immeubles, seule la mise au vote en assemblée générale sur la question d’en faire réaliser un, est obligatoire à la majorité de l’article 24 de la loi du 10 juillet 1965.

Le DTG comporte :

  • Une analyse de l’état apparent des parties communes et des équipements communs,
  • Un état de la situation du syndicat des copropriétaires au regard de ses obligations légales et réglementaires,
  • Une analyse des améliorations possibles concernant la gestion technique et patrimoniale de l’immeuble,
  • Un diagnostic de performance énergétique de l’immeuble ou un audit énergétique,
  • Une évaluation sommaire du coût ainsi que la liste des travaux nécessaires à la conservation de l’immeuble (notamment sur les 10 prochaines années).

Une fois réalisé, son contenu est présenté en assemblée générale où elle aura à se prononcer sur la question de l’élaboration d’un plan pluriannuel de travaux.

Les apports du décret

Le décret précise les compétences dont doit justifier la personne qui réalise le DTG auprès du syndicat et du conseil syndical (article D. 731-1 CCH).

Les compétences précisées

Elle doit justifier que ses employés, les membres du groupement ou elle-même, s’il s’agit d’une personne physique, possèdent les compétences requises sur :
– les modes constructifs traditionnels et contemporains ;
– les bâtiments, les produits de construction, les matériaux de construction, … ;
– les pathologies du bâtiment et de ses équipements ;
– la thermique des bâtiments et les possibilités d’amélioration énergétique … ;
– les textes législatifs et réglementaires traitant de l’habitat et de la construction ;
– la gestion financière des copropriétés ;
– les équipements nécessaires au bon déroulement de la mission.

Par ailleurs, elle doit produire :
– un diplôme Bac +3 dans le domaine des techniques du bâtiment,
– son assurance responsabilité civile professionnelle si elle en souscrit une,
– une attestation sur l’honneur de son impartialité et de son indépendance à l’égard du syndic et des entreprises intervenant sur l’immeuble

Enfin, le décret ajoute à la liste des éléments contenus dans le carnet d’entretien, les travaux mentionnés dans le DTG en précisant les équipements ou éléments du bâtiment concernés par ces travaux et l’échéancier recommandé.

Consulter le décret

 

La FNAIM du Grand Paris au cœur du Salon de la Copropriété 2016

La FNAIM du Grand Paris au Salon de la Copropriété, 23-24 novembre 2016, Porte de Versailles – Pavillon 6

La FNAIM du Grand Paris, membre fondateur du Salon de la Copropriété et acteur de premier plan sur ce secteur, sera présente à cet événement, notamment via 9 conférences organisées sur l’espace AGORA et 10 interventions sur des conférences générales du Salon de la Copropriété.

PROGRAMME DES CONFERENCES

Mercredi 23 novembre 2016

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 11h à 12h15 «Transition énergétique: quel cahier des charges et quelle maîtrise d’œuvre pour réussir» – Salle CAPOULADE
Animateurs : Alain PAPADOPOULOS
Intervenants : Philippe SELLIER, Secrétaire Général Chambre FNAIM du Grand Paris, Président de la Commission ADB
Laurent DEMAS, Secrétaire Général Planète Copropriété
Anne LE BAIL, Chargée de mission partenariats innovants et animation de proximité, Solila
Yohan DESGOEORGES, Chargé d’études, Agence Parisienne du Climat
Olivier SAFAR, Vice-président de l’UNIS

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 13h30 à 14h00 «Eau, énergie : les comptages en copropriété» – Espace AGORA
Animateurs : Pierre-Hervé LETURMY, Secrétaire Général Adjoint Chambre FNAIM du Grand Paris, membre de la Commission ADB
Intervenants : Gérard BRENNA, Membre de la Commission ADB et Président Commission Transaction FNAIM
du Grand Paris
Mickaël FILIATRE, Directeur Adjoint Ventes M20CITY
Christophe CONQUY, Directeur Commercial et Marketing ISTA

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 14h00 à 14h25 «Les diagnostics en copropriété» – Espace AGORA
Animateur : Pierre-Hervé LETURMY, Secrétaire Général Adjoint Chambre FNAIM du Grand Paris, membre de la
Commission ADB
Intervenants : Stéphane IGNESTA, Directeur Groupe BATISANTÉ – VOLT’R
Jean-Marc MOINARD, Vice-Président Chambre Diagnostiqueurs FNAIM
Eric LAVILLAUGOUET, Administrateur LAVILLAUGOUET et BED

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 14h30 à 15h25 «La gestion des conflits en copropriété» – Espace AGORA
Animateur : Philippe SELLIER, Secrétaire Général Chambre FNAIM du Grand Paris, Président de la Commission ADB
Intervenants : Joseph TORRES, membre Commission ADB FNAIM Grand Paris
Catherine ALBANESI, membre Commission ADB FNAIM Grand Paris
Jean-Charles ALBANESI, membre Commission ADB FNAIM Grand Paris

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 15h30 à 16h25 «Les impayés en copropriété : de la prévention à la vente du bien saisi» – Espace AGORA
Animateur : Stéphane VARANGOT, membre Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Intervenants : Pierre-Hervé LETURMY, Secrétaire Général Adjoint Chambre FNAIM du Grand Paris, membre de la
Commission ADB
Catherine ALBANESI, membre Commission ADB FNAIM du Grand Paris

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 15h30 à 16h45 «Eco-rénovons Paris» – Salle BORLOO
Animateur : Henry BUZY-CAZAUX
Intervenants : Isabelle DALMAS, Juriste FNAIM du Grand Paris
Nicolas BILLOTE, Chargé de mission, bureau de l’habitat privé, direction du logement et de l’habitat, Mairie de Paris
Benjamin ROUGEYROLLES, Conseiller info énergie climat, Agence Parisienne du Climat
François-Emmanuel BORREL, Président UNIS du Grand Paris
Camille PETTON, Coordonnateur Éco-rénovons Paris, Soliha

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 16h30 à 17h25 «L’immatriculation des copropriétés» – Espace AGORA
Animateurs : Olivier PRINCIVALLE, membre de la Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Intervenants : Jean-Charles ALBANESI, membre de la Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Joseph TORRES, membre de la Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Philippe DUFOUR, Directeur CRYPTO Patrice CARMONT, Responsable NEOPOST

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 17h00 à 18h30 «Individualisation du comptage : l’enjeu de la maîtrise des Charges, vers des compteurs communicants» – Salle BORLOO
Animateur : Ariane ARTINIAN
Intervenants : Gérard BRENNA, Membre Commission ADB Chambre FNAIM du Grand Paris et Président Commission
Transaction
Un intervenant FONCIA
Un intervenant ENERGIS
Elisabeth GITZ, Directeur Commercial ISTA
Un intervenant ORANGE Ile de France

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 17h00 à 19h00 «Propriétaires, bailleurs : droits et obligations, aides et dispositif Multiloc» – Salle PETIT
Animateur : Henry BUZY-CAZAUX
Intervenants : Gilles RICOUR de BOURGIES, Président-Adjoint Chambre FNAIM du Grand Paris
Un intervenant Mairie de Paris
Denis BRUNEL, Chambre des Propriétaires
Bertrand MULOT, Cabinet Bessé Immobilier

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 17h30 à 18h25 «L’extranet des syndics et la dématérialisation» – Espace AGORA
Animateurs : André PERRISSEL, membre de la Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Intervenants : Michèle CAROFF, membre Commission ADB FNAIM Grand Paris
Jean-Marc TALABARDON, Directeur GERCOP
Franck LARUE, Directeur Commercial SEIITRA
Patrice CARMONT, Responsable NEOPOST

MERCREDI 23 NOVEMBRE 2016 – 18h30 à 20h30 «Conférence Plénière Rénovation énergétique» – Salle CAPOULADE
Animateur : Henry BUZY-CAZAUX
Intervenants : Jean-François BUET, Président FNAIM
Didier CAMANDONA, Président Chambre FNAIM Grand Paris
Philippe PELLETIER, Président Plan Bâtiment Durable
Jean BALAS, Fédération Française du Bâtiment
Christophe TANAY, Président UNIS
Sabine BASILI, Vice-présidente chargée affaires économiques CAPEB

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 9h30 à 10h25 «L’assurance en copropriété» – Espace AGORA
Animateur : Philippe SELLIER, Secrétaire Général Chambre FNAIM du Grand Paris, Président de la Commission ADB
Intervenants : Gérard BRENNA, Membre Commission ADB et Président Commission Transaction FNAIM Grand Paris
Lamia MENN, chargée développement assurances GALIAN

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 10h30 à 11h25 «Les nouvelles obligations en matière d’isolation thermique» – Espace AGORA
Animateur : Isabelle FOURNIER, membre Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Intervenants : Olivier PRINCIVALLE, membre Commission ADB FNAIM du Grand Paris
Isabelle DALMAS, juriste Chambre FNAIM du Grand Paris
Eric KIRSNEWAZ, Responsable partenariat Société ECONOMIE D’ENERGIE

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 11h00 à 12h30 «Juridique : recouvrement des charges en copropriété» – Salle BORLOO
Animateur : Maitres LEBATTEUX
Intervenants : Philippe SELLIER, Secrétaire Général Chambre FNAIM Grand Paris et Président Commission ADB
Autres intervenants ….

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 11h30 à 12h25 «Les travaux en copropriété» – Espace AGORA
Animateur : Dominique CARTERET, membre Commission ADB
Intervenants : Stéphane SOUDIEUX, Responsable Copropriété FPS TOWERS
Eric LAVILLAUGOUET, Administrateur LAVILLAUGOUET et BED
Noel GAVAUDAN, Directeur Retail MONTE PASCHI BANQUE
Un intervenant architecte

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 14h00 à 15h30 «Travaux en copropriété : procédures administratives, autorisations et relations avec la collectivité locale» – Salle PETIT
Animateur : Henri BUZY CAZAUX
Intervenants : Philippe SELLIER, Secrétaire Général Chambre FNAIM du Grand Paris, Président de la Commission ADB
Olivier DELALANDE, Compagnie Architectes Copropriété
Un intervenant Mairie de Paris

JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 15h30 à 17h00 «FORMATION : Les assurances de la copropriété : quels contrats pour quelles couvertures ?» – Salle HOGUET
Animateur : Alain PAPADOPOULOS
Intervenants : Alain LEDEMAY, Directeur Général GALIAN
Jean-Paul BOUDIGNON, Consultant
Vincent MANSUEL, Assur Copro

Conférence Générale du SALON animée par la Chambre FNAIM DU GRAND PARIS
JEUDI 24 NOVEMBRE 2016 – 16h15 à 18h
«Face à l’insécurité, face à la délinquance, face aux terrorismes : tous concernés?» – Salle CAPOULADE

Animateur : Michel TERRIOUX, Délégué général Chambre FNAIM du Grand Paris et Région FNAIM Ile de France,
Auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ
Intervenants : Major Francis DEBIASI, BSPP Chef de Bataillon
Patrick PARAYRE, BSPP Major
Frederic CHIESSAL, BSPP
Maître Christian FREMAUX, Avocat, Auditeur de l’IHEDN et de l’INHESJ
Capitaine Jessica DENIAU, Gendarmerie IDF
Brigadier-Chef Bertrand DUSUEL, Préfecture de police Gardien de la paix
Ludivine BERDEIL, Préfecture de police
Eric NESSLER, syndic copropriété FNAIM Grand Paris, référent 94
Carole BESSON, Chef du service juridique FNAIM Grand Paris


Toutes les informations sur le Salon de la Copropriété : http://www.saloncopropriete.com/

Imprimez votre invitation gratuite.

Charges de copropriété : baisse à Paris en 2015

Pour la 2ème année consécutive, l’Observatoire des charges de copropriété du Grand Paris dévoile une baisse contrastée des charges de copropriété. Le montant global s’établit à 36 €/m² soit 2 022 €/lot. La baisse est d’autant plus forte pour les immeubles avec chauffage collectif (-5,5 %) alors que les immeubles sans chauffage collectif connaissent une hausse de +2,2 %.

Parmi les plus fortes baisses, le chauffage collectif, les ascenseurs et les frais d’assurance, qui bénéficient de l’action des syndics : travaux de rénovation pour le chauffage collectif, qui connait aussi une baisse des prix des matières premières et une météo douce cet hiver ; renégociations de contrats pour les ascenseurs ou sinistralité en baisse grâce aux travaux effectués pour les frais d’assurance.

Impôts et taxes, salaires et honoraires de syndic constituent les plus fortes hausses. La hausse des honoraires de syndic est due à de nouvelles obligations, comme le nouveau contrat de syndic, le compte bancaire séparé, les informations à fournir lors des promesses de vente et la création d’un site extranet des copropriétés.

En 2015, les copropriétés privées ont moins investi dans les travaux, -50 % par rapport à 2014, car les audits énergétiques, lancés fin 2014 et en 2015, doivent encore fournir leurs résultats définitifs et ainsi permettre la décision et l’engagement des travaux. Les travaux pourraient reprendre fin 2016 et en 2017. La prudence reste de mise : la mise en place du fonds travaux pose des difficultés à la fois pour des questions techniques – sur les relations entre banques et syndics de copropriété – et financières pour des questions de pouvoir d’achat des copropriétaires.

Sans équivalent en France par l’ampleur de son échantillon, cet Observatoire présente les résultats de 3 349 immeubles (sur 87 836), soit 92 623 lots de copropriété (sur 661 592 au total) – un panel de 14 %. Pour mémoire, 55 % des immeubles sont en copropriété à Paris. L’Observatoire des charges de copropriété du Grand Paris est le seul à proposer une méthodologie scientifique et à être contrôlé par un huissier de justice. La FNAIM du Grand Paris représente 675 syndics de copropriété en Ile de France (hors Seine et Marne) pour un chiffre d’affaire de 300 millions d’euros.

Pour en savoir plus :

Téléchargez l’Observatoire des charges de copropriete en PDF

21,9 % de dépenses en logement dans le PIB

21,9 % : c’est le poids des dépenses totales en logement dans le PIB, soit l’effort consacré par l’ensemble des acteurs (occupants, bailleurs, pouvoirs publics…) dans l’économie française, selon les derniers chiffres cités par La Tribune (16/06/2016).

« Les seules dépenses courantes en logement représentent pour leur part près de 28 % des dépenses de consommation totale en France, relève le quotidien économique. Et, côté investissement, le logement représente dans l’économie française un peu moins de 24 % de l’investissement total. C’est colossal. »

C’est ce qui expliquerait que le président de la République ait opéré « un virage à 180 degrés vers l’accession à la propriété immobilière en seconde partie de mandat » : « Il mise sur l’immobilier pour relancer l’emploi et la croissance avant 2017 ».

 

Source : « Le logement, dernier levier de croissance en France », La Tribune, 16/06/2016.

 

http://www.latribune.fr/economie/france/le-logement-dernier-levier-de-croissance-en-france-578647.html

Immeuble: chauffage collectif

84 % de Français prennent des précautions pour leur départ en vacances

84 % : c’est la proportion de Français qui déclarent prendre des précautions avant de partir en vacances afin d’éviter le cambriolage de leur logement, selon un sondage CSA pour le quotidien Direct Matin (10/05/2016).

Parmi ces précautions viennent en tête la discrétion sur les réseaux sociaux (72 % des sondés se disent discrets sur Facebook ou Twitter, utilisés par les voleurs pour cibler les logements), le relevé de son courrier par le voisinage (51 %), le renforcement des serrures (44 %), l’activation d’un détecteur de présence et l’information des forces de l’ordre de son absence (31 %), ou encore la simulation de l’occupation du logement en laissant lumière ou radio allumée (27 %).

La Mairie du 9e s’unit avec la FNAIM du Grand Paris pour améliorer la vie quotidienne de ses habitants

 

 La FNAIM du Grand Paris et la Marie du 9e signent un protocole d’accord pour apporter une réponse concrète et concertée aux nombreux sujets impactant directement le quotidien des habitants de cet arrondissement : salubrité de l’espace public, environnement et protection des locaux d’habitation. Cette démarche vise à associer les acteurs de terrain – et en premier lieu les syndics de copropriété – pour expérimenter de nouvelles mesures à l’échelle d’un arrondissement.

De nos jours, la ville de Paris doit répondre aux enjeux du 21e siècle tels que la réduction des déchets, la végétalisation des espaces, la lutte contre les faux salons de massage, la nouvelle génération de tri sélectif ou encore, la protection des locaux d’habitation.

Pour apporter des réponses efficaces à ces différents enjeux, les syndics de copropriété, représentés par la FNAIM du Grand Paris, constituent des partenaires essentiels. En s’appuyant sur leur maillage sans équivalent sur Paris, ils contribuent en effet à accompagner voire faire évoluer les mesures mises en place par la mairie du 9e arrondissement.

Delphine Bürkli, Maire du 9e déclare : « Nous avons souhaité nous associer avec la FNAIM du Grand Paris pour proposer des réponses concrètes et immédiates aux habitants du 9e. L’amélioration de la vie quotidienne passe par un engagement de l’ensemble des acteurs de terrain qui sont, pour les pouvoirs publics, autant de relais au service de l’efficacité de son action. »

Didier Camandona, Président de la FNAIM du Grand Paris commente : « Les professionnels de l’immobilier et notamment les syndics de copropriété sont en contact permanent avec les habitants. C’est pourquoi ils ont un rôle d’acteurs de la cité. Qui dit logement, dit aussi sécurité, environnement ou transport, soit autant de questions qui impactent notre vie quotidienne et auxquelles nous nous devons de contribuer. »

Une démarche partenariale sur des préoccupations majeures pour les parisiens

Le protocole d’accord est conclu pour une durée d’un an. Les deux partenaires s’engagent ensemble sur 4 objectifs :

  • Mettre en place un tri sélectif nouvelle génération: améliorer la propreté par un rappel de consignes et encourager la diffusion des bonnes pratiques en matière de tri sélectif telle que la mise en place de lombricomposteur – en démonstration dans la cour de la Mairie – pour les immeubles disposant de cour.
  • Participer à la végétalisation de l’arrondissement: 2ème arrondissement le plus minéral de Paris, le 9e entend encourager les habitants à végétaliser les cours d’immeubles, balcons et espaces publics.
  • Lutter contre les faux salons de massage: Pour lutter contre la prolifération des faux salons de massage qui servent souvent de couverture à des activités de prostitution, les partenaires s’engagent à sensibiliser les copropriétaires au respect des règlements de copropriété ainsi qu’aux peines encourues pour ce type d’activité.
  • Protéger les locaux d’habitation: afin de préserver la vocation de logement des locaux d’habitation, les acteurs s’engagent à informer les copropriétaires qui seraient tentés par un détournement de ces locaux d’habitation au profit d’un usage de bureaux ou de location meublée touristique sans demander les autorisations nécessaires. Les syndics de copropriété,qui sont notamment en charge de la gestion des parties communes,ont la responsabilité des questions liées à la sécurité des habitants. Ils jouent également un rôle de premier plan pour apaiser les relations entre propriétaires et locataires au sein des copropriétés.