45 %. C’est la proportion de primo-accédants parmi les bénéficiaires d’un crédit immobilier au premier trimestre 2015, contre 43 % en 2014 et en 2013.

Ce retour timide des ménages achetant pour la première fois s’explique pour l’essentiel par des taux d’intérêts particulièrement attractifs. Ainsi, pour emprunter 200 000 euros, il fallait disposer d’un revenu net mensuel de quelque 4 062 euros en 2011, contre 3 433 euros aujourd’hui – soit un gain de 15 % de pouvoir d’achat immobilier !

Pour Les Echos (09/04/2015), l’écart entre ce gain potentiel et la réalité statistique a deux explications : « le prêt à taux zéro de l’Etat (PTZ) reste encore trop ciblé » et « l’instabilité professionnelle vécue par les plus jeunes, souvent recrutés en CDD ou en intérim en début de carrière, peut faire obstacle à l’obtention d’un crédit ».

Source : « Immobilier : les conditions de crédit s’améliorent pour les plus jeunes », in Les Echos, 09/04/2015.