75 000 : c’est le nombre de places d’hébergement d’urgence en Ile-de-France, selon la récente étude sur les « fractures territoriales » menée par le Secours catholique.

Dans ce rapport, l’association dénonce le manque places disponibles mais également une concentration des centres d’hébergements dans les zones les moins favorisées, « ajoutant ainsi de la pauvreté à la pauvreté » (Politis, 11/04/2016). C’est notamment le cas pour la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne, deux départements défavorisés où se concentrent les logements et hôtels sociaux : 27 % du total rien que dans le « 9-3 ».

Par effet domino, les logements sociaux actuellement construits ne sont pas adaptés au profil des demandeurs« , souligne le Secours catholique, qui déplore le manque de logements dits « très sociaux » accessibles aux revenus les plus modestes, plus de 7 % des habitants franciliens vivant aujourd’hui avec moins de 750 euros par mois.

Source : étude « La fracture territoriale : analyse croisée des inégalités en Ile-de-France », Secours catholique d’Ile-de-France, février 2016.

Lien complet :
http://www.secours-catholique.org/sites/scinternet/files/publications/fractureterritorialeidf.pdf